Accueillir l’enfant

Accueillir un enfant quémandant un sourire
et ne pas repousser sa question : « m’aimes-tu ? »

Accueillir l’enfant pauvre à la main qui supplie
et ne pas éviter le regard qui attend.

Accueillir un petit avant même qu’il naisse
et ne pas massacrer l’innocent qui veut vivre.

Accueillir le vieillard qui retombe en enfance
et ne pas mépriser son visage fripé.

Accueillir cet enfant qui se cache en nous-mêmes
et ne pas empêcher sa fraîcheur de renaître.

Accueillir l’Enfant-Dieu qui est né de Marie
et ne pas lui fermer notre cœur qu’il veut prendre.

Un appel, une étoile, un chemin où marcher :
accueillir cet enfant, c’est accueillir son Père.

Et comment l’accueillir sans d’abord recueillir
dans un coin de notre âme un peu d’éternité ?

Paix de Noël !
                                                                         H.D